Par-delà les mots-écrans, la conquête d'une désignation

12 June, 2004 - 14:30 - 15:00

«Par-delà les mots-écrans, la conquête d'une désignation», communication lors de la journée d’étude « Le Mot juste » que j’ai coordonnée avec les Jeunes Chercheurs CERACC sous la direction scientifique de Marc Dambre, le 12 juin 2004.

Le Pays imaginaire constitue une catégorie intuitive dont nombre d’anthologies des «voyages aux pays de nulle part» attestent l’existence. La quasi-absence d’études sur le sujet révèle pourtant un problème d’identification de cette catégorie qui s’explique de fait, selon nous, par deux causes essentielles étroitement liées. L’une d’elles tient vraisemblablement au cloisonnement thématique, générique et chronologique des travaux relatifs aux diverses espèces du pays imaginaire –la réciproque étant vraie. Mais c’est sans doute d’abord l’ambiguïté de sa désignation qui empêche qu'il puisse être considéré en lui-même. Le qualificatif permettant, seul, de le définir, pose en effet problème en ce qu’il est le plus souvent considéré comme synonyme de l’adjectif «fictionnel». La littérature passe outre la distinction de ce qui est et de ce qui n’est pas et si cette caractéristique rend la catégorie du pays imaginaire particulièrement digne d’intérêt, elle est aussi cause qu’on ne la discerne pas. Ainsi la quête du mot juste peut-elle prendre la forme d’une conquête de la désignation, emportée de haute lutte contre ces mots-écrans que sont les dénominations trompeuses et les équivoques notionnelles.

Paru sous le même titre dans Faerber, Johan (éd.), Le Mot Juste. Des mots à l’essai aux mots à l’œuvre. Paris: Presses de la Sorbonne Nouvelle, pp. 89-98.